L’histoire

Sarlat, joyau du Périgord Noir, est une ville dont l’histoire remonte à des millénaires. Fondée autour d’une abbaye bénédictine au IXe siècle, Sarlat a évolué à travers les époques, passant d’un simple monastère à une ville prospère, fortifiée, et riche en culture et en patrimoine. Voici une présentation détaillée de son histoire.

Origines et Premiers Temps

Les origines de Sarlat sont enracinées profondément dans le temps. Des traces d’occupation humaine au sud de Sarlat remontent au paléolithique, ce qui atteste de la présence humaine bien avant le Moyen Âge. Des vestiges gallo-romains, tels que des statuettes en bronze de Vénus et de Minerve et des traces de routes romaines, témoignent d’une activité continue dans la région.

La Fondation de l’Abbaye

Au IXe siècle, une abbaye bénédictine est fondée dans une étroite cuvette naturelle, une décision stratégique en raison de la protection offerte par le terrain. L’abbaye devient rapidement un centre religieux majeur. Le premier document mentionnant cette abbaye date de 954. Au XIIe siècle, l’abbaye atteint son apogée avec l’agrandissement des bâtiments et l’arrivée des reliques de saint Sacerdos, attirant de nombreux pèlerins et consolidant la réputation spirituelle de Sarlat.

Époque Médiévale

Expansion et Fortification

Du IXe au XIIe siècle, Sarlat commence à se développer autour de deux pôles principaux : l’abbaye et l’église Sainte-Marie. Au début du XIIe siècle, la ville commence à s’étendre du nord au sud. En 1223, la commune de Sarlat est créée, marquant un tournant important. Les bourgeois de la ville obtiennent des privilèges face à l’autorité religieuse, et une première enceinte fortifiée est construite.

Transformation en Évêché

En 1317, le pape Jean XXII transforme l’abbaye en évêché, renforçant le pouvoir religieux et administratif de la ville. Ce nouvel évêché souffre cependant de tensions similaires à celles de l’abbaye, mais il contribue à l’expansion de Sarlat, qui voit ses infrastructures religieuses se multiplier.

La Guerre de Cent Ans

La Guerre de Cent Ans (1337-1453) est une période tumultueuse pour Sarlat. En 1360, par le traité de Brétigny, Sarlat passe sous domination anglaise. Cependant, en 1370, la ville redevient française et participe activement à la reconquête de la région. Malgré les destructions causées par la guerre, Sarlat en sort renforcée et plus mature. La ville adopte alors de nouvelles armoiries avec la salamandre, symbole de renaissance et d’immortalité.

Renaissance et Temps Modernes

Épanouissement au XVIe Siècle

Le XVIe siècle est une période de renaissance pour Sarlat, marquée par une floraison d’édifices religieux et civils. L’arrivée de Nicolas Gaddi, évêque florentin, apporte une influence italienne et humaniste à la ville. Sarlat vit alors à l’heure italienne, influencée par les idées de la Renaissance.

Guerres de Religion

Les guerres de Religion (1562-1598) apportent une nouvelle fois des troubles à Sarlat. La ville reste fidèle au catholicisme et subit des assauts répétés. Une brève occupation protestante a lieu, mais les catholiques reprennent rapidement le contrôle. Le chanoine Jean Tarde décrit cette période comme une époque de souffrance pour Sarlat, où la ville se replie sur elle-même pour se protéger.

XVIIe et XVIIIe Siècles

Au XVIIe siècle, Sarlat se reconstruit après les guerres de Religion. L’évêque Louis II de Salignac favorise l’installation de nouveaux ordres religieux durant la Contre-Réforme, ce qui stimule la reconstruction de la ville. Les Pénitents bleus et blancs s’installent entre 1607 et 1608, et les Jésuites arrivent en 1694. Ces installations témoignent du renforcement de la foi catholique à Sarlat.

Révolution Française

La Révolution Française (1789-1799) bouleverse profondément Sarlat. De nombreux monuments religieux et civils sont endommagés ou transformés. Entre 1790 et 1796, les terres, les couvents et les églises sont vendus, entraînant une reconfiguration significative de l’occupation des sols et du bâti religieux.

Époque Contemporaine

Modernisation au XIXe Siècle

Le XIXe siècle voit une modernisation et une transformation urbaine profonde de Sarlat. Une politique de salubrité est mise en place, et la ville s’ouvre avec la création de la rue de la République, percée au cœur du centre médiéval. La révolution industrielle touche Sarlat de manière relative, mais elle marque un changement économique notable avec la diversification des métiers et le développement de la production d’huile de noix.

XXe Siècle et Guerres Mondiales

Le XXe siècle est marqué par les deux guerres mondiales. Sarlat devient un lieu de refuge pendant ces conflits. La ville s’affirme comme une terre de résistance durant la Seconde Guerre mondiale, avec des réseaux de résistance actifs tels que Combat et Alliance. En 1944, Sarlat est libérée, mais les pertes humaines sont lourdes, comme en témoignent les nombreux noms inscrits sur le monument aux morts.

Renaissance Culturelle

En 1952, le Festival du Théâtre de Sarlat est créé, initié par Jacques Boissarie. Ce festival, suivi par la création du Festival d’automne de la création audiovisuelle en 1980 et du Festival du Film en 1992, positionne Sarlat comme un centre culturel important. Grâce à la loi Malraux de 1962, Sarlat entreprend une vaste restauration de son centre historique, renforçant son attrait touristique et son patrimoine architectural.

Conclusion

Sarlat, avec son riche passé historique et culturel, est aujourd’hui une ville moderne qui respecte et valorise son héritage. De ses origines préhistoriques à son développement médiéval, en passant par ses renaissances successives, Sarlat reste un témoignage vivant de l’histoire et de la culture du Périgord Noir. Sa capacité à se réinventer tout en préservant son patrimoine en fait une destination incontournable pour les amateurs d’histoire, de culture, et tout simplement de beauté. Il faut aussi savoir prendre un peu de distance face à toute cette reichesse historique et simplement laisser parler l’ambiance que distillent ces vieilles pierres, de couleur jaune.

La visite de Sarlat

Sarlat-la-Canéda, en tant que capitale historique du Périgord Noir, offre aux visiteurs une immersion dans son passé à travers ses ruelles médiévales, ses édifices bien conservés et ses monuments emblématiques. Voici un tour d’horizon des principaux sites historiques et de leurs caractéristiques dans le cœur historique de Sarlat :

L’Abbaye Sainte-Marie

L’abbaye, fondée au IXe siècle, est le point de départ du développement de Sarlat. Aujourd’hui, plusieurs éléments de l’ancienne abbaye sont encore visibles :

  • Le Clocher-Porte : Cette structure massive servait à la fois de clocher et de porte fortifiée. Elle est l’un des éléments les plus anciens de l’abbaye.
  • La Lanterne des Morts : Érigée au XIIe siècle, cette curieuse tour cylindrique servait à abriter une flamme éternelle en mémoire des défunts.
  • La Chapelle Saint-Benoît : Une petite chapelle médiévale encore intacte, témoignant de la vie religieuse de l’époque.

La Cathédrale Saint-Sacerdos

Érigée au XIVe siècle lorsque l’abbaye devient évêché, la cathédrale Saint-Sacerdos est un monument incontournable :

  • Le Chœur et le Transept : De style gothique, ces parties de l’église montrent l’évolution architecturale du Moyen Âge.
  • Les Cloîtres : Les cloîtres permettent de se promener dans un espace calme, autrefois lieu de prière et de méditation pour les moines.
  • Les Reliques de Saint Sacerdos : Conservées dans la cathédrale, elles attirent encore aujourd’hui des pèlerins.

Les Remparts et Tours de Défense

Les fortifications de Sarlat, construites et renforcées au cours des siècles, témoignent de l’importance stratégique de la ville :

  • La Tour du Bourreau : Construit en 1579, ce bâtiment servait de résidence pour le bourreau de la ville. Elle est identifiable par son architecture robuste.
  • La Tour de la Bouquerie : Aujourd’hui intégrée au restaurant La Couleuvrine, cette tour est un vestige des défenses médiévales de la ville.
  • Les Portes de la Ville : Bien que souvent intégrées ou transformées, certaines portes comme celle de l’Endrevie sont des vestiges des anciennes entrées fortifiées de la ville.

L’Hôtel de Ville

L’hôtel de ville de Sarlat, construit au XVIIe siècle, est un exemple de l’architecture classique française :

  • La Façade : Elle présente une symétrie typique de l’architecture de la Renaissance française avec des détails décoratifs soignés.
  • La Salle des Mariages : Ornée de peintures et de boiseries, elle reflète le style opulent de l’époque.

La Maison de La Boétie

La Maison de La Boétie, située près de la cathédrale, est un exemple emblématique de l’architecture de la Renaissance :

  • La Façade : Avec ses fenêtres à meneaux et ses sculptures délicates, elle est un témoignage du style Renaissance.
  • L’Histoire : Cette maison est célèbre pour avoir été la demeure de l’écrivain et philosophe Étienne de La Boétie.

Les Places et Marchés

Les places de Sarlat, souvent animées et historiques, sont des lieux de vie et de rencontre :

  • La Place de la Liberté : Cœur vibrant de Sarlat, elle accueille le marché hebdomadaire, où l’on peut trouver des produits locaux et artisanaux.
  • La Place du Marché aux Oies : Rappelant l’importance de l’élevage ovin dans la région, elle est agrémentée de statues d’oies en bronze.

Les Ruelles Médiévales

Les ruelles pavées de Sarlat, étroites et sinueuses, sont emblématiques du tracé médiéval de la ville :

  • La Rue de la République : Percée au XIXe siècle, elle traverse le cœur médiéval de Sarlat et est bordée de boutiques et de maisons anciennes.
  • La Rue des Consuls : Connu pour ses hôtels particuliers datant du Moyen Âge et de la Renaissance, cette rue montre la richesse passée de la ville.

 

Les Édifices Religieux et Civils

  • L’Église Sainte-Marie : Convertie en marché couvert par l’architecte Jean Nouvel, elle montre une fusion intéressante entre le passé religieux et le présent utilitaire.
  • Le Présidial : Ancien palais de justice du XVIIe siècle, il est un exemple de l’architecture civile et judiciaire de l’époque.
 
 

Sarlat avant et après la Loi Malraux, des images étonnantes

Un document de www.sites-cites.fr 

Hôtels Particuliers de Sarlat : Trésors Architecturaux du Moyen Âge et de la Renaissance

Les hôtels particuliers de Sarlat sont des joyaux d’architecture qui témoignent de la richesse et de l’importance de la ville à travers les siècles. Ces demeures, appartenant à des familles nobles ou bourgeoises, reflètent l’évolution architecturale et sociale de Sarlat du Moyen Âge à la Renaissance. Voici un tour d’horizon des plus remarquables hôtels particuliers et leurs caractéristiques distinctives.

Hôtel de Maleville

L’Hôtel de Maleville est l’un des plus anciens hôtels particuliers de Sarlat, datant du XIIIe siècle.

  • Architecture : Construit en pierre calcaire, il présente des éléments gothiques avec des fenêtres à meneaux et des arcs brisés.
  • Historique : Cet hôtel a appartenu à la famille de Maleville, une des familles les plus influentes de la région.
  • Caractéristiques : La façade austère est typique des constructions médiévales, mettant en avant la sécurité et la fortification.

Hôtel Plamon

Construit au XIVe siècle, l’Hôtel Plamon est un exemple magnifique de l’architecture gothique civile.

  • Architecture : La façade est ornée de fenêtres à meneaux avec des moulures et des sculptures délicates.
  • Historique : Il a été construit pour une famille noble locale et reflète le statut social élevé de ses propriétaires.
  • Caractéristiques : L’hôtel dispose d’une cour intérieure et d’un escalier à vis, éléments caractéristiques des demeures gothiques.

Hôtel de Vassal

L’Hôtel de Vassal, bâti au XVe siècle, marque la transition vers la Renaissance.

  • Architecture : Mélange de styles gothique et Renaissance avec des éléments décoratifs plus raffinés et une plus grande attention à l’esthétique.
  • Historique : Appartenant à une famille de notables, il illustre le passage à une époque de plus grande stabilité et de richesse accrue.
  • Caractéristiques : Les sculptures ornant la façade, les cheminées intérieures et les plafonds à la française témoignent du nouveau goût pour le confort et le luxe.

Hôtel de Gisson

Situé Place des Oies, l’Hôtel de Gisson est un exemple parfait de l’architecture Renaissance.

  • Architecture : La façade présente de grandes fenêtres à meneaux, des frontons sculptés et des balcons en fer forgé.
  • Historique : Construit pour la famille de Gisson, il reflète l’influence italienne et l’essor économique de Sarlat à la Renaissance.
  • Caractéristiques : L’hôtel comprend un musée qui permet aux visiteurs de découvrir la vie quotidienne de la noblesse de l’époque, avec des meubles d’époque et des décors authentiques.

Hôtel de Mirandol

L’Hôtel de Mirandol, également de la Renaissance, est l’un des plus emblématiques de Sarlat.

  • Architecture : Ce bâtiment se distingue par sa façade richement décorée, ses fenêtres à meneaux finement sculptées et ses hautes toitures en ardoise.
  • Historique : Il a été commandé par la famille Mirandol, influente dans la région pour ses activités commerciales et politiques.
  • Caractéristiques : Les intérieurs sont ornés de boiseries et de fresques, et l’hôtel dispose d’une cour intérieure avec un puits, typique des maisons de la Renaissance.

Hôtel de La Boétie

La Maison de La Boétie, bien que plus petite, est d’une grande importance historique et architecturale.

  • Architecture : Style Renaissance avec des fenêtres à meneaux et une façade sobre mais élégante.
  • Historique : C’est la maison natale d’Étienne de La Boétie, célèbre écrivain et ami de Montaigne.
  • Caractéristiques : La maison reflète la transition entre le Moyen Âge et la Renaissance, avec des éléments architecturaux innovants pour l’époque.