Forêts de France : un rapport inquiétant pour l’avenir et des recommandations de l’IGN

L’Avenir de la Forêt : Recommandations et Effets Escomptés

  • Contexte et Objectifs La France vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) pour lutter contre le changement climatique. Les forêts et le bois sont essentiels car ils capturent et stockent le carbone et remplacent des matériaux polluants.

    Étude et Méthodologie L’étude menée par l’IGN et le FCBA avec le soutien de divers ministères et l’ADEME propose des projections jusqu’en 2050, voire 2080. Elle évalue les effets des changements climatiques, des récoltes et des stratégies de renouvellement forestier sur les stocks et flux de carbone.

    Scénarios et Trajectoires

    1. Effets du Climat : Trois scénarios de sévérité (sécheresses, tempêtes, méga-feux) montrent des variations de production (-25%) et de mortalité (+77%) d’ici 2050.
    2. Plan de Renouvellement : Deux scénarios pour planter un milliard d’arbres, visant principalement les peuplements vulnérables.
    3. Gestion : Six scénarios de gestion simulent différentes offres de bois, intégrant les coupes de renouvellement, sanitaires et de gestion classique.
    4. Filière : Dix scénarios répartissent les volumes de récolte entre divers produits bois, favorisant différents usages et le recyclage.

    Impacts du Changement Climatique et Adaptation Les scénarios montrent une phase de décapitalisation des peuplements reboisés à court terme mais un stockage de carbone supérieur à long terme pour les peuplements renouvelés.

    Évolution de l’Offre et de la Demande en Bois La demande en bois devrait augmenter de 16% d’ici 2050. Les scénarios de gestion doivent concilier cette hausse avec la préservation de la biodiversité.

    Bilan Carbone Le bilan carbone montre des variations importantes selon les scénarios. À long terme, la filière forêt-bois reste un allié contre le réchauffement climatique, bien que le stockage de carbone en forêt diminue avec l’augmentation de la récolte et les impacts climatiques.

    Recommandations et Effets Escomptés Recommandations Clés :

    1. Augmenter la Gestion et la Récolte Durable :
      • Dynamiser la gestion des forêts privées et feuillues.
      • Adapter les pratiques sylvicoles pour répondre aux impacts climatiques.
    2. Favoriser le Renouvellement Forestier :
      • Planter des essences adaptées au climat futur.
      • Cibler les peuplements vulnérables.
    3. Optimiser l’Usage du Bois :
      • Utiliser le bois pour des matériaux à longue durée de vie.
      • Améliorer le recyclage et la réutilisation des produits bois.
    4. Développer la Compétitivité de la Filière :
      • Investir dans les capacités productives, notamment dans la construction.
      • Valoriser les bois de crise et les feuillus.

    Effets Escomptés :

    • Augmentation du Stockage de Carbone : Plus de carbone séquestré dans les forêts et les produits bois.
    • Réduction des Emissions de GES : Substitution des matériaux et énergies fossiles par le bois.
    • Résilience Climatique : Forêts mieux adaptées et résistantes aux impacts climatiques futurs.
    • Croissance Économique : Secteur bois plus compétitif, créant des emplois et soutenant l’économie locale.
    • Biodiversité Préservée : Pratiques de gestion forestière respectueuses de la biodiversité.

    Illustrations Webtoon

    1. Scène de Gestion Durable :
      • Une illustration montre des forestiers travaillant dans une forêt bien gérée, avec des arbres feuillus et une gestion efficace.
    2. Scène de Renouvellement Forestier :
      • Une illustration montre des jeunes arbres plantés, représentant les efforts de renouvellement forestier avec des essences adaptées au futur climat.
    3. Scène d’Utilisation Intelligente du Bois :
      • Une illustration montre des produits en bois durables, comme des meubles et des constructions, symbolisant l’utilisation efficace du bois.
    4. Scène de Compétitivité de la Filière :
      • Une illustration montre des usines de transformation du bois modernes et efficaces, soutenues par des investissements dans le secteur.

    Ces illustrations visent à rendre les recommandations et leurs effets escomptés plus accessibles et attrayants pour un large public.

Emma : Pourquoi on parle autant des forêts et du bois pour le climat ?

Moi : Eh bien, les forêts et le bois sont super importants pour capturer le carbone et aider à lutter contre le changement climatique. Imagine-les comme des énormes éponges qui absorbent le CO2 de l’air.

Emma : Ah, c’est cool ! Mais comment on peut les aider ?

Moi : On a quelques recommandations simples :

  1. Gérer Mieux les Forêts
    • On doit s’occuper mieux des forêts, surtout celles qui sont privées et pleines de feuillus (les arbres avec des feuilles).
    • On doit changer nos méthodes de gestion pour s’adapter aux nouveaux climats.
  2. Planter Plus d’Arbres
    • On plante des arbres qui vont bien avec les climats futurs.
    • On vise surtout les forêts qui sont en mauvaise santé pour les renouveler.
  3. Utiliser le Bois de Manière Intelligente
    • Utiliser le bois pour fabriquer des trucs qui durent longtemps, comme des meubles et des maisons.
    • Recycler et réutiliser le bois autant que possible.
  4. Rendre la Filière Bois Plus Compétitive
    • Investir pour rendre nos industries du bois plus performantes, surtout dans la construction.
    • Utiliser les bois moins connus, comme ceux qu’on utilise peu ou qui sont abîmés, de manière efficace.

Emma : Et ça va changer quoi tout ça ?

Moi : Bonne question ! Voici les effets escomptés :

  • Plus de Carbone Stocké : On capture plus de CO2 dans les forêts et les produits en bois.
  • Moins de Pollution : On remplace les matériaux et énergies polluants par du bois.
  • Forêts Plus Résistantes : Les forêts seront mieux préparées pour affronter le changement climatique.
  • Économie Boostée : Plus d’emplois et une industrie du bois plus forte.
  • Protection de la Nature : On garde la biodiversité en utilisant des pratiques de gestion respectueuses.

Emma : Wow, c’est génial ! Donc en gros, on rend les forêts plus fortes et on utilise mieux le bois ?

Moi : Exactement ! En prenant soin des forêts et en utilisant le bois intelligemment, on aide notre planète et notre économie.

Dialogue entre un Expert et un Parlementaire Inquiet de l’État des Forêts

Parlementaire : Je suis vraiment préoccupé par l’état actuel de nos forêts. Elles semblent en mauvais état. N’est-il pas déjà trop tard pour agir ?

Expert : Je comprends votre inquiétude. Il est vrai que nos forêts sont confrontées à de nombreux défis, mais il n’est pas trop tard pour faire une différence. Voici ce que nous pouvons faire :

  1. Gérer Mieux les Forêts
    • On doit mieux s’occuper des forêts, surtout celles qui sont privées et pleines de feuillus (les arbres avec des feuilles).
    • On doit changer nos méthodes de gestion pour s’adapter aux nouveaux climats.
  2. Planter Plus d’Arbres
    • On plante des arbres qui vont bien avec les climats futurs.
    • On vise surtout les forêts qui sont en mauvaise santé pour les renouveler.
  3. Utiliser le Bois de Manière Intelligente
    • Utiliser le bois pour fabriquer des choses qui durent longtemps comme des meubles et des maisons.
    • Recycler et réutiliser le bois autant que possible.
  4. Rendre la Filière Bois Plus Compétitive
    • Investir pour rendre nos industries du bois plus performantes, surtout dans la construction.
    • Utiliser les bois moins connus, comme ceux qu’on utilise peu ou qui sont abîmés, de manière efficace.

Parlementaire : Mais quels résultats concrets pouvons-nous espérer de ces actions ?

Expert : Voici les effets escomptés :

  • Plus de Carbone Stocké : On capture plus de CO2 dans les forêts et les produits en bois.
  • Moins de Pollution : On remplace les matériaux et énergies polluants par du bois.
  • Forêts Plus Résistantes : Les forêts seront mieux préparées pour affronter le changement climatique.
  • Économie Boostée : Plus d’emplois et une industrie du bois plus forte.
  • Protection de la Nature : On garde la biodiversité en utilisant des pratiques de gestion respectueuses.

Parlementaire : Donc, même si la situation est critique, il est encore possible d’améliorer les choses ?

Expert : Absolument ! En prenant soin des forêts et en utilisant le bois intelligemment, nous pouvons aider notre planète et notre économie. Il est crucial d’agir maintenant pour maximiser ces bénéfices.

parlementaire : gérer mieux les forêts, c’est quoi exactement ?

expert : gérer mieux les forêts implique plusieurs actions clés :

  1. améliorer les pratiques sylvicoles :
    • adapter les méthodes de gestion forestière pour répondre aux impacts du changement climatique.
    • favoriser une diversité d’essences pour rendre les forêts plus résilientes.
  2. récolte durable :
    • assurer que la récolte de bois ne dépasse pas la capacité de régénération naturelle de la forêt.
    • effectuer des coupes sélectives plutôt que des coupes à blanc, ce qui permet de préserver la biodiversité et la structure de la forêt.
  3. renouvellement et reboisement :
    • planter des arbres adaptés aux conditions climatiques futures et aux types de sols.
    • cibler les peuplements dépérissants ou vulnérables pour les renouveler avec des essences plus robustes.
  4. prévention et gestion des risques :
    • mettre en place des mesures pour prévenir les incendies de forêt, les maladies et les infestations d’insectes.
    • effectuer des coupes sanitaires pour enlever les arbres malades ou morts et ainsi limiter la propagation des maladies.
  5. conservation de la biodiversité :
    • protéger les habitats naturels et les espèces menacées au sein des forêts.
    • maintenir des zones de forêt naturelle non perturbées pour servir de refuges à la faune et à la flore.
  6. engagement des propriétaires privés :
    • encourager les propriétaires forestiers privés à adopter des pratiques de gestion durable.
    • offrir des incitations financières et techniques pour les aider à mettre en œuvre ces pratiques.

parlementaire : donc, c’est un ensemble d’actions coordonnées pour maintenir la santé des forêts et leur capacité à nous fournir du bois tout en protégeant l’environnement ?

expert : exactement. une bonne gestion forestière assure non seulement une production continue de bois, mais aussi la conservation de la biodiversité, la protection des sols et des ressources en eau, et une meilleure résilience face aux changements climatiques. en agissant maintenant, nous pouvons garantir que nos forêts restent un atout précieux pour les générations futures.

parlementaire : je comprends mieux maintenant. il est crucial de mettre en place ces pratiques pour préserver nos forêts et en tirer le meilleur parti de manière durable.

expert : absolument. avec une gestion appropriée, nous pouvons assurer que nos forêts continuent à prospérer et à jouer leur rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique et la protection de notre environnement.

Nature : les jardins

Les jardins d’Albarède

Les jardins d’Albarède

Les Jardins de l'Albarède, situés au cœur du Périgord Noir dans le village de Saint-Cybranet, sont une oasis de permaculture et de biodiversité, créée par Brigitte et Serge Lapouge. Ces jardins, récompensés par le label « Jardin remarquable » et le Prix Coup de cœur...

Les jardins autrement

Les jardins autrement

Aujourd’hui, j'ai entendu sur France Inter une chronique qui m'a fait Tilt ! je voudrais vous parler de cette idée simple mais puissante qui pourrait transformer notre rapport à la nature et aider à préserver la biodiversité autour de nous. C’est une idée qui vient de...

Les jardins d’Albarède

Les Jardins de l’Albarède, situés au cœur du Périgord Noir dans le village de Saint-Cybranet, sont une oasis de permaculture et de biodiversité, créée par Brigitte et Serge Lapouge. Ces jardins, récompensés par le label « Jardin remarquable » et le Prix Coup de cœur de l’Association des Journalistes du Jardin et de l’Horticulture (AJJH) en 2010, sont un modèle de jardinage biologique et durable.

La Genèse des Jardins

L’histoire des Jardins de l’Albarède commence en 1990 lorsque Serge Lapouge, paysagiste, et Brigitte, journaliste spécialisée dans le jardinage, décident de transformer un terrain calcaire, aride et pauvre en un jardin luxuriant. Le défi était de taille : « Quand ils ont dit à leurs voisins ou leurs proches qu’ils allaient créer un jardin chez eux sur cette terre pauvre et aride qui s’apparente à un rocher, tous ont pouffé », raconte Serge. Malgré les scepticismes, ils ont persisté, motivés par leur amour de la nature et le désir de prouver que même les sols les plus ingrats peuvent devenir fertiles avec les bonnes pratiques.

Un Jardin en Harmonie avec la Nature

L’une des philosophies centrales des Jardins de l’Albarède est de travailler en symbiose avec la nature. Au lieu d’importer de la terre extérieure ou d’utiliser des engrais chimiques, Serge et Brigitte ont enrichi le sol local en créant de l’humus, du compost et en pratiquant le paillage. Cette approche respectueuse de l’écosystème a permis d’acclimater plus de 1000 espèces et variétés de plantes vivaces, graminées et roses anciennes.

Les jardins se déploient sur deux hectares et comprennent des potagers, des vergers, des jardins de buis en terrasses, un jardin de vivaces, ainsi qu’un jardin de senteurs. Chaque coin du jardin est pensé pour maximiser la biodiversité et encourager les équilibres naturels. Les légumes sont cultivés selon les principes de la permaculture, favorisant les cultures associées pour tirer parti des interactions bénéfiques entre les plantes.

La Permaculture et la Biodiversité

Dès leurs débuts, Brigitte et Serge ont pratiqué la permaculture, bien avant que le terme ne devienne populaire. Ils ont pris soin du sol, des plantes et de tous les êtres vivants du jardin. Cette attention minutieuse aux écosystèmes a permis de créer un espace où les insectes, les oiseaux et autres auxiliaires du jardin prospèrent.

« Nous tout ce que nous avons fait, c’est créer de l’humus, du compost et faire du paillage. Nous n’avons pas importé de terre extérieure. Nous avons simplement amélioré les sols plutôt que de les appauvrir », explique Brigitte Lapouge-Déjean. Cette approche a transformé un terrain difficile en un havre de biodiversité, démontrant qu’il est possible de créer des jardins esthétiques et productifs sur des sols arides avec peu d’eau et d’entretien.

Les Publications de Brigitte Lapouge-Déjean

Brigitte a partagé leur expérience et leurs techniques à travers une trentaine de livres publiés en 35 ans. Ces ouvrages sont des guides pratiques pour les jardiniers de tous niveaux, offrant des conseils sur la permaculture, le jardinage écologique et les méthodes pour jardiner avec un budget limité. Parmi ses livres les plus notables, on trouve « Jardiner pour pas un rond », « Le guide Terre vivante des fleurs au jardin bio » et « Je réussis toutes mes cultures en pots ».

Le Jardin comme Source d’Inspiration

Les Jardins de l’Albarède ne sont pas seulement un modèle de jardinage écologique, mais aussi une source d’inspiration pour les visiteurs. Les jardins sont ouverts au public, offrant des visites libres ou guidées sur rendez-vous. Les visiteurs peuvent y découvrir un bassin, des potagers fleuris, un jardin à l’anglaise, des terrasses de buis, et profiter d’un magnifique panorama sur la vallée du Céou et les rochers du Conte.

En outre, un gîte charmant pour quatre personnes est disponible d’avril à octobre, permettant aux visiteurs de s’immerger dans l’ambiance champêtre et méridionale du jardin.

Conclusion

Les Jardins de l’Albarède illustrent parfaitement comment la persévérance, l’innovation et le respect de la nature peuvent transformer même les terrains les plus inhospitaliers en jardins luxuriants et productifs. Grâce à leur travail, Serge et Brigitte Lapouge ont non seulement créé un paradis de biodiversité, mais ont aussi offert un précieux héritage de connaissances à travers leurs nombreux ouvrages. Leur aventure démontre qu’avec des techniques appropriées, le jardinage écologique est non seulement possible mais également extrêmement gratifiant.

L’histoire continue ! STORYTELLING : Emma et sa famille aux Jardins d’Albarède

La famille Martin et leur fille Emma, ont commencé à explorer les magnifiques paysages du Périgord Noir à vélo. A Sarlat, Emma avait fait cette rencontre des plus inhabituelles : la statue animée du Badaud de Sarlat, connue pour son écoute des confidences des humains, et ses conseils avisés aux touristes. « Puisque vous cherchez un endroit exceptionnel à visiter, ne manquez pas les Jardins de l’Albarède à Saint-Cybranet », dit le Badaud de Sarlat avec un sourire figé mais engageant. « Vous y découvrirez un havre de permaculture et de biodiversité, une véritable oasis pour les amoureux de la nature. »

Curieuse et enthousiaste, Emma, toujours passionnée de nature et de jardinage, insista pour que la famille suive ce conseil. Le lendemain matin, ils enfourchèrent leurs vélos et se dirigèrent vers Saint-Cybranet, impatients de découvrir ce jardin remarquable. En arrivant aux Jardins de l’Albarède, ils furent accueillis par une explosion de couleurs et de parfums. Des tournesols géants se balançaient doucement dans la brise, entourés de fleurs aux teintes vives et variées. ses parents échangèrent un regard émerveillé tandis qu’Emma, déjà en train de courir vers le jardin de senteurs, s’extasiait devant la diversité des plantes.
Brigitte Lapouge, avec son sourire chaleureux et sa passion palpable, vint à leur rencontre. « Bienvenue aux Jardins de l’Albarède ! » dit-elle joyeusement. « Je suis Brigitte, et voici mon mari Serge. Nous sommes ravis de vous faire découvrir notre petit coin de paradis. » Serge, portant un chapeau de jardinier et tenant un arrosoir, s’approcha. « Nous avons créé ce jardin sur un sol de causse, un terrain calcaire et aride, où tout le monde pensait qu’il était impossible de faire pousser quoi que ce soit », expliqua-t-il. « Mais avec un peu de persévérance et beaucoup d’amour pour la nature, nous avons réussi à transformer ce champ de cailloux en ce que vous voyez aujourd’hui. »

Emma, les yeux brillants, demanda : « Comment avez-vous fait pour que toutes ces plantes poussent ici ? » Brigitte sourit et commença à expliquer : « Nous avons pratiqué la permaculture dès le début, en prenant soin du sol, des plantes et des êtres vivants qui peuplent le jardin. Nous n’utilisons ni engrais chimiques ni pesticides. Tout repose sur l’amélioration naturelle des sols grâce au compost et au paillage. » Ils se mirent en marche, Brigitte et Serge leur montrant les différentes parties du jardin. Ils passèrent devant le potager fleuri, où des légumes anciens étaient associés à des annuelles colorées. « Ici, nous cultivons selon les principes des cultures associées », expliqua Serge. « Cela permet de profiter des grands équilibres naturels et de renforcer la résilience des plantes. » La famille fut particulièrement impressionnée par le jardin de senteurs, où des lavandes et des plantes aromatiques exhalaient leurs parfums enivrants. « C’est un endroit magique ! » s’exclama Marie, respirant profondément les fragrances florales. Ils continuèrent leur visite, découvrant le bassin, les terrasses de buis, et le verger où des pommiers en fleurs étaient entourés de rosiers botaniques et de fleurs sauvages. Partout où ils allaient, ils étaient accompagnés par le chant des oiseaux et le bourdonnement des insectes, preuve vivante de la biodiversité du jardin.
« Vous voyez, le jardin est un écosystème en soi », expliqua Brigitte. « Chaque plante, chaque insecte a un rôle à jouer. Nous avons simplement créé les conditions pour que la nature puisse s’exprimer pleinement. » Pierre, impressionné par le travail acharné et la vision de Brigitte et Serge, demanda : « Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite commencer un jardin écologique chez lui ? » Serge répondit avec un sourire : « Commencez petit, observez votre environnement et respectez-le. Chaque jardin est unique et doit être adapté à son propre microclimat et à son sol. Et surtout, soyez patient et persévérant. La nature prend son temps, mais elle vous récompensera au-delà de vos espérances. »

Emma, inspirée par cette visite, déclara : « Je veux essayer de créer un jardin comme celui-ci à la maison ! » Brigitte et Serge lui donnèrent quelques graines et des conseils pour débuter, ravis de voir une nouvelle génération s’intéresser à la permaculture et au jardinage écologique. En quittant les Jardins de l’Albarède, la famille Martin se sentit plus qu’enrichie… inspirée ! En désir d’ harmonie avec la nature.

 

 
 
 
 

Les jardins autrement

Aujourd’hui, j’ai entendu sur France Inter une chronique qui m’a fait Tilt ! je voudrais vous parler de cette idée simple mais puissante qui pourrait transformer notre rapport à la nature et aider à préserver la biodiversité autour de nous. C’est une idée qui vient de Grande-Bretagne et qui s’appelle « No Mow May », ce qui signifie « pas de tonte au mois de mai ».
Imaginez : des millions de Français peuvent y participer facilement. Si vous faites partie des 7 Français sur 10 qui ont la chance d’avoir un jardin, cette initiative est pour vous. Pourquoi faut-il laisser tomber la tondeuse en mai ? C’est très simple. Le printemps est une période cruciale pour toute la vie sauvage qui nous entoure. Les plantes commencent à fleurir, les insectes s’activent et les oiseaux construisent leurs nids. En arrêtant de tondre notre pelouse, nous permettons à la flore de s’épanouir et offrons un habitat et une source de nourriture aux petits animaux, comme les hérissons, les abeilles, les araignées, les coccinelles et les papillons.

Peut-être que vous pensez que cela semble insignifiant, mais laissez-moi vous raconter une histoire. En 2020, sur les célèbres pelouses du King’s College à Londres, une zone de la taille d’un demi-terrain de football n’a pas été tondue pour la première fois depuis 1772. Les résultats ont été spectaculaires : les chercheurs y ont trouvé trois fois plus d’espèces de plantes, d’araignées et d’insectes que sur le reste de la pelouse tondue. Même les chauves-souris ont commencé à fréquenter cet espace non entretenu.

Bien sûr, il est normal de vouloir profiter de son jardin, installer une table, des chaises ou un barbecue. Mais vous pouvez continuer à tondre certaines zones ou créer des chemins dans la végétation. Essayez de laisser au moins une partie de votre jardin non tondue et vous verrez rapidement les effets positifs sur la biodiversité.

En plus des bienfaits pour la faune, les herbes hautes permettent de réduire la température du sol de plusieurs degrés pendant les chaudes journées d’été. Cela évite d’avoir des pelouses qui jaunissent en cas de sécheresse. Les plantes sauvages aident aussi à mieux infiltrer l’eau dans votre jardin et à préserver l’humidité. En période de températures élevées, c’est un avantage non négligeable.

Arrêter de tondre en mai n’a que des avantages. C’est une action simple, gratuite, et accessible à tous. Vous n’avez pas besoin d’être un expert en écologie pour faire une différence. En participant à ce mouvement, vous contribuez à préserver la biodiversité, à protéger notre environnement et à créer un habitat sain pour de nombreuses espèces.

Alors, pourquoi ne pas essayer cette année ? Rangez votre tondeuse pendant un mois, observez la nature reprendre ses droits et partagez cette idée avec vos amis et voisins. Ensemble, nous pouvons créer un impact significatif, un jardin à la fois.

Je vous invite à rejoindre le mouvement « No Mow May » et à découvrir par vous-même la richesse de la vie sauvage qui peut s’épanouir juste devant votre porte. Faisons de nos jardins des havres de biodiversité et participons, chacun à notre échelle, à la préservation de notre planète.

Pour aller plus loin : des jardins remarquables, cultivés en bio, et les livres qui les accompagnent : Les jardins d’Albarède, près de Domme, en Périgord Noir

Réalisé par EVALIR Communication – Producteur des magazines Love France – Love Périgord
Storytelling – Infographie – IA

EVALIR réalise des vidéos- BD, vidéos storytelling qui racontent une histoire et font passer vos meilleurs messages.
Quelque soit la taille de votre entreprise ou votre communication en ligne, nous sommes à la portée de vos budgets.
Contactez nous : contact@evalir.fr ou 09 50 69 20 22

Les jardins d’Albarède

Les jardins d’Albarède

Les Jardins de l'Albarède, situés au cœur du Périgord Noir dans le village de Saint-Cybranet, sont une oasis de permaculture et de biodiversité, créée par Brigitte et Serge Lapouge. Ces jardins, récompensés par le label « Jardin remarquable » et le Prix Coup de cœur...

Les jardins autrement

Les jardins autrement

Aujourd’hui, j'ai entendu sur France Inter une chronique qui m'a fait Tilt ! je voudrais vous parler de cette idée simple mais puissante qui pourrait transformer notre rapport à la nature et aider à préserver la biodiversité autour de nous. C’est une idée qui vient de...

Entrez dans la BD du Périgord Noir

Entrez dans la BD du Périgord Noir

Le Périgord Noir tel que vous ne l’avez jamais vu, et en BD Le magazine Gratuit, Love Perigord, vous propose pour son N°3 une aventure familiale dans une région riche en mystères et en nature luxurianteVous les visiteurs, et nous les habitants heureux que nous sommes...

Balades nature en Périgord Noir

Balades nature en Périgord Noir

La famille Martin s'est bien renseignée avant de venir goûter aux joies du Périgord Noir. En fait, c'est facile, avec les sites de Offices du Tourisme.Comme leur joie, c'est le vélo : c'est ici  avec la voie verte de Sarlat.Ils ont aussi téléchargé la carte des...

Le Brésil à Vézac, au Trait d’Union – Lua Nova

Le Brésil à Vézac, au Trait d’Union – Lua Nova

Le Trait d’UnionLieu culturel & Guinguette ! telle est meilleure appellation pour ce lieu hors du commun, hors de l'ennui et sans chichis, lieu de rencontre et culture éclectique, lieu de bonheur, en un mot ! On y cause, on y mange, on y applaudit des spectacles...

Les Meulières, gîte, chambres d’hôtes, art de vivre

Les Meulières, gîte, chambres d’hôtes, art de vivre

Chargement en cours... Les Meulières", c'est ce lieu où l'un des derniers tailleurs de pierre meulière exerçait son art, ainsi que celui de la fabrication des feuillards, pour tonneaux et parcs à huîtres. Il avait aussi, avec sa famille, ouvert des chambres d'hôtes...

La rumeur du Périgord Noir : création d’un Collège Magique d’Alchimie !

Ce n’est qu’une rumeur… mais comme Love Périgord est toujours en avance (il paraît qu’on y intuite l’avenir…) on vous en parle.

Située dans une région incroyable, enveloppée de forêts denses et de collines brumeuses au petit matin, l’existence de cette institution fascinante est un sujet de discussion de plus en plus populaire parmi les amateurs de mystères et les férus de magie.

Entrez dans la BD du Périgord Noir

Entrez dans la BD du Périgord Noir

Le Périgord Noir tel que vous ne l’avez jamais vu, et en BD Le magazine Gratuit, Love Perigord, vous propose pour son N°3 une aventure familiale dans une région riche en mystères et en nature luxurianteVous les visiteurs, et nous les habitants heureux que nous sommes...

Entrez dans la BD du Périgord Noir

Le Périgord Noir tel que vous ne l’avez jamais vu, et en BD

Le magazine Gratuit, Love Perigord, vous propose pour son N°3 une aventure familiale dans une région riche en mystères et en nature luxuriante
Vous les visiteurs, et nous les habitants heureux que nous sommes de vous accueillir, d’échanger, de vivre intensément avec la nature, la culture historique, la gastronomie, les fêtes ou la sérénité… du Périgord.

Le Magazine est en 3 dimensions, grâce aux QR Codes et au e-book en PDF : votre portable devient utile et intelligent ! Ses contenus vous éclairent et vous guident !

  • du texte, imprimé et en ligne
  • des images, cette fois pas mal en BD
  • de l’audio, un podcast qui vous propose une connaissance de la région et de ce qui en fait l’histoire, connaître la préhistoire, le Moyen-âge… Et des histoires, un storytelling qui s’articule autour de ce voyage d’une famille pas tout à fait comme les autres.

Ci-dessous vous allez trouver toutes les pages qui déroulent cette aventure, et ses à côtés.
.

Entrez dans la BD du Périgord Noir

Entrez dans la BD du Périgord Noir

Le Périgord Noir tel que vous ne l’avez jamais vu, et en BD Le magazine Gratuit, Love Perigord, vous propose pour son N°3 une aventure familiale dans une région riche en mystères et en nature luxurianteVous les visiteurs, et nous les habitants heureux que nous sommes...

Balades nature en Périgord Noir

La famille Martin s’est bien renseignée avant de venir goûter aux joies du Périgord Noir. En fait, c’est facile, avec les sites de Offices du Tourisme.
Comme leur joie, c’est le vélo : c’est ici  avec la voie verte de Sarlat.
Ils ont aussi téléchargé la carte des châteaux de la Dordogne à Vélo

Et pour toutes les randonnées, à pied, sur l’eau, à vélo, TER et bus, pour toute la Dordogne, ils avaient trouvé cette page du Comité Départemental du Tourisme

Il y a aussi la Flow Vélo... mais ce n’était pas dans leur coin

 

Et voici quelques images, de Rocamadour à Sarlat à vélo

 

 

Connaissez-vous le slow tourisme ?  La Dordogne est idéale pour le pratiquer !

Le Brésil à Vézac, au Trait d’Union – Lua Nova

Le Trait d’Union
Lieu culturel & Guinguette ! telle est meilleure appellation pour ce lieu hors du commun, hors de l’ennui et sans chichis, lieu de rencontre et culture éclectique, lieu de bonheur, en un mot ! On y cause, on y mange, on y applaudit des spectacles de qualité et d’une grande diversité. Depuis l’été 2021 et pendant toute l’année. Rendez-vous l’hiver autour du poêle à bois.

Ce soir là c’était un duo de musique brésilienne qui nous a fait rêver et danser. Lua Nova... (Nouvelle Lune ?). Dans un paysage merveilleux, typique du Périgord Noir, proche de la Dordogne et au loin le château de Baynac.

Les Meulières, gîte, chambres d’hôtes, art de vivre

Chargement en cours…

Les Meulières”, c’est ce lieu où l’un des derniers tailleurs de pierre meulière exerçait son art, ainsi que celui de la fabrication des feuillards, pour tonneaux et parcs à huîtres. Il avait aussi, avec sa famille, ouvert des chambres d’hôtes originales et rustiques. Dans le souvenir de tous, l’ambiance était merveilleuse. Aujourd’hui, Marianne et Jean-Marc ont pris la suite. Ils ont restauré et modernisé la ferme, pour vous recevoir dans 4 belles chambres d’hôte et un grand gite familial.
Ils ne taillent pas les pierres – encore que – mais cultivent le bien-être sous toutes ses formes et publient des livres et des revues… ils sont éditeurs. Pour pré-réserver  Tel : 07 70 40 87 31

Les Meulières : une expérience unique de tourisme culturel et de bien-être

Marianne et Jean-Marc ont choisi de vivre en Dordogne et de s’installer à DOMME, au coeur du Périgord Noir, pour son art de vivre. Un désir de bien vivre, de comprendre, de s’ouvrir aux messages extraordinaires de ce séculaire patrimoine du Périgord. Et un désir de partager ce désir !
Et voici quelques pistes offertes aux Meulières pour s’ouvrir ensemble à cet art de vivre :

– Une culture de la bienveillance, du partage, de la conversation… Exemples : des tables d’hôtes où la gastronomie accompagne des échanges intenses et enrichissants ; des formations pour entreprises et institutions au management par la bienveillance ; etc.

– L’immersion dans toute la culture qu’offre le patrimoine du Périgord, et les expériences que peuvent vivre nos amis visiteurs… Exemples : conception d’un guide audio du Périgord (accessible sur les portables !) pour s’orienter parmi les centaines de visites possibles, et comprendre plus en profondeur le pourquoi, le comment, les aventures humaines, soutenant ce patrimoine et son histoire, son art de vivre.

– Le bien être et sa dimension spirituelle (laïque)… Exemples : des méditations guidées ; des massages régénérants ; des formations aux massages liés à la dimension spirituelle, etc. ; des réunions en présentiel et en ligne pour concevoir les prochains numéros de « Spiritualité Magazine »

– La création, la culture de la créativité, de l’expression libre… Exemples : des ateliers de création littéraire originaux : récits, nouvelles, biographèmes, géopoésie… ; la participation possible à l’activité de leur maison d’édition (Les Éditions du Désir) ; la participation à la mise en œuvre de « Culture Périgord », site Internet, guide audio, recueil de la mémoire périgourdine, promotion de la notion et des pratiques de tourisme culturel… ; etc.

 

 

 


 

Voir cette publication sur Instagram

 

Les Meulières à Domme

Une publication partagée par cultureperigord (@cultperigord) le


Les chambres d’hôteUne terrasse aux Meulières à Domme  —   Et le gîte de 100 m2

 

Le grand gite (90 m2, 3 chambres et un grand séjour)

4 chambres d’hôtes (12 m2)

La lumière, des paysages magnifiques, le grand calme, la forêt