La rumeur du Périgord Noir : création d’un Collège Magique d’Alchimie !

Ce n’est qu’une rumeur… mais comme Love Périgord est toujours en avance (il paraît qu’on y intuite l’avenir…) on vous en parle.

Située dans une région incroyable, enveloppée de forêts denses et de collines brumeuses au petit matin, l’existence de cette institution fascinante est un sujet de discussion de plus en plus populaire parmi les amateurs de mystères et les férus de magie.

Entrez dans la BD du Périgord Noir

Entrez dans la BD du Périgord Noir

Le Périgord Noir tel que vous ne l’avez jamais vu, et en BD Le magazine Gratuit, Love Perigord, vous propose pour son N°3 une aventure familiale dans une région riche en mystères et en nature luxurianteVous les visiteurs, et nous les habitants heureux que nous sommes...

L’âme des lieux – Le Badaud de Sarlat

Au cœur de Sarlat, cette ville médiévale empreinte d’une histoire qui se lit à chaque coin de rue, à chaque pierre taillée, Le Badaud semble avoir choisi la meilleure des scènes pour son éternelle représentation. Là, sur cette belle place de la Liberté, il demeure, moulé dans le bronze par la main experte de Gérard Auliac, comme un rappel silencieux du temps où les heures semblaient s’étirer, s’allonger, dans une sorte de dilatation de l’instant présent.

Il n’a pas l’air d’un simple spectateur, mais plutôt d’un narrateur tacite des histoires qui se déroulent autour de lui. À travers lui, on ressent ce besoin d’échapper, ne serait-ce qu’un moment, à l’emprise suffocante du quotidien, pour s’immerger dans les vagues mélodiques des pensées vagabondes. Là où d’autres se pressent, lui, demeure, éternellement installé, regardant, absorbant, réfléchissant.

Il n’est pas simplement un témoin de l’agitation de la place, il est la mémoire même de Sarlat, de ces jours d’antan, de ces heures douces où les souvenirs, comme des papillons, virevoltent et se posent délicatement sur la conscience. Dans son immobilité, il invite le passant à une introspection, à un retour sur soi, à une exploration des strates mémorielles de son existence.

Il est cette permanence dans un monde en perpétuel mouvement, ce point d’ancrage où l’on souhaite, parfois, se poser, partager un instant de sa compagnie silencieuse, pour redécouvrir, à travers ses yeux de bronze, la beauté d’un monde dont on oublie parfois la splendeur. Ce Badaud est le miroir de nos âmes contemplatives, le reflet de cette partie en nous qui cherche, toujours, l’essence même de la vie au-delà des apparences.

LʹATTACHEMENT AUX LIEUX FAMILIERS